Nos partenaires confinés : Musique d’Apéritif

En ces temps troubles l’expression « se serrer les coudes » n’aura jamais aussi bien portée son nom.
La radio BeaubFM apporte son soutien absolu à l’ensemble des acteurs du monde culturel, travaillant à distance pour resserrer des liens déjà bien établis et en créer de nouveaux.

L’un d’eux nous mène sur la côte atlantique avec Musique d’Apéritif.
Ce collectif de DJs, créatifs, mais aussi label indépendant, éclate depuis 2013 la barrière des genres, des goûts et des formats pour rassembler le maximum d’adeptes sur une même piste de danse.
Pour la première fois ils prendront les commandes du 89.0 (à distance) avec des mix maison qui devraient vous permettre de transformer, l’espace d’un instant, votre salon, votre chambre ou votre cuisine en safe-dancing improvisé.

 

 

On a réussi à poser quelques questions à Charles, un des fondateurs du projet :

Comment ça a commencé Musique d’Apéritif ?

Tout a vraiment commencé en 2012 avec la première édition du SVRF PVNK INVITATIONAL, une fausse compétition surf, avec une roulette pour obtenir une planche et une roulette pour obtenir un costume. Le soir on faisait la teuf au Cream Café à Seignosse à l’époque avec concerts, DJ sets et tattoo roulette. C’était, en gros, l’anniversaire de notre surf club imaginaire The Switched Kickout Surf Syndicate.
D’une simple journée plage + bar c’est parti en un petit festival, organisé sur 2 jours pour le surf et 2 belles teufs le vendredi (au « Coolin » à Hossegor 22h-2h) et le samedi (à L’Escargot à Seignosse 22h-6h)
J’avoue que la compète surf du dimanche matin était douloureuse… ahah
Nous aurons fait en tout 5 éditions. Et pourquoi pas reprendre bientôt … Car pour être honnête : ça commence à nous manquer!

L’impulsion nous a donné envie de continuer à organiser des events et surtout à faire venir jouer des artistes que personne ne faisait venir à Biarritz. En vrai l’hiver, à part à l’Atabal (SMAC de Biarritz), il n’y a pas grand chose.
Donc on s’est prit en main : on a attaqué une résidence DJset hebdomadaire au Newquay (Biarritz), on a invité des groupes plutôt garage dans d’autres lieux de la ville et de là est né Musique d’Apéritif, pour partager gratuitement la musique qu’on aime à Biarritz (+Hossegor).
Au début, on nous proposait des plans « dépannes » en début de semaine, et de fil en aiguille, on a réussi à gagner la confiance des bookeurs pour avoir de meilleurs créneaux et pour faire de plus gros artistes comme Thee Oh Sees, Ty Segall, Black Lips, Boy Harsher, Fat White Family…

Nous continuons à organiser des events avec des artistes que nous affectionnons, car oui, personne ne vit de ça, donc il faut que ça ne soit que du plaisir. À côté, nous avons aussi cette double casquette de label indépendant.

Avec le temps, comment avez-vous fait évoluer le projet vers le label ? 

Tu sais, on est parti de rien, on avait un pauvre UC33 pour mixer avec un ordi sur Traktor sans pré-écoute à l’époque. Aujourd’hui on a réussi à acquérir un peu de matos pour Biarritz et Bordeaux, mais pour nous il est hyper important de faire vivre cette scène indépendante. Peut être qu’on fait jouer moins de groupes qu’avant, mais par contre, on pousse plus loin le délire, quand on affectionne un groupe/projet on l’aide à sortir. C’est hyper dur, mais très intéressant cette casquette de label, tu vois la musique différemment.
Ce début d’année, nous sommes déjà à deux sorties : Videodrome (synthpunk), en co-prod avec Metro Beach et Le Turc Mécanique, ainsi que le dernier album de YGGL (cold grunge one man band) que nous avons produit en totale autonomie avec lui.

Et récemment, le Sidéral Bordeaux Psych Fest ?

Depuis 3 ans, on organise en co-prod avec l’Astrodøme (Bordeaux) ce festival de rock psyché au sens large du terme, où nous essayons de balayer au maximum le spectre du psychédélisme. Les groupes qui sont venus aux dernières éditions sont Temples, Radio Moscow, Zombie Zombie, Electric Moon, 10000 Russos, Slift, Maidavale… On croise les doigts pour la troisième édition initialement prévue en ce mois de mars mais que nous sommes contraints de déplacer à Novembre. Elle se tiendra donc les 26, 27 et 28 Novembre prochains à Bordeaux.
La plupart des groupes sont chauds de suivre le projet et de venir jouer!

Combien vous étiez au départ ? Est-ce que ça a changé aujourd’hui ? 

Au début on était une petite dizaine, aujourd’hui de manière active on a Juan, Vuite, Marvin, Hugo, Yohan, Audrey, Booki, Paul et moi. Chacun a un boulot à côté bien entendu et chacun a son rôle, en booking, graphisme, vidéo, site web..

Pour ma part, depuis 3 ans et demi je suis à Bordeaux, et je continue le projet sur une autre zone. L’espace de jeu est vraiment chouette, que ce soit pour organiser des lives ou faire venir des DJs, il y vraiment de quoi faire. C’est justement ici, que j’ai rencontré Max et Pierre Alexis de l’Astrodøme et que nous avons créé le Sideral ensemble!

Dans quelles mesures la situation exceptionnelle actuelle vous impacte-t-elle? 

L’avantage c’est que ça nous donne du temps pour produire un peu de contenu mais, bordel, on a quand même quelques dates importantes d’annulées, outre le Sidéral Fest (notre temps fort de l’année): Les release party de Videodrome avec Frustration/Kap Bambino à l’Atabal, et de Follakzoid/YGGL à l’Iboat (Bordeaux) …


Pour BeaubFM, vous mettez vos mix à disposition, avec des thématiques différentes.

Les « Savsage Tvnes » ?  Des vagues d’une demie heure de guitares dans la tronche
Les « Diskob-Secure » ? Des sets orientés Dark Disco/EBM/Indie Dance (club)
Les « Voyages » ?
Chacun de nos DJs donnera sa propre définition du voyage

Ta playlist pour un bon confinement. Des albums, titres à nous proposer ? 

J’ai fais un tour d’horizon du crew …

Le mot de la fin (du monde) ?

AIMEZ-VOUS BORDEL!

 

Article publié le 20 mars 2020